22/03/2020

The magic begins again !


Cette année je me suis lancée comme défi de ne faire aucun challenge littéraire (dit-elle en faisant comme si ça faisait pas près de deux mois qu’elle n’avait rien publié sur ce blog !) J’en fait peu à l’année, un qui dure généralement plusieurs semaines, comme le CWC par exemple, ou le PAC, avec quelques week-end à 1000 par-ci par-là, donc je ne suis pas non plus une grosse consommatrice, mais j’ai tout de même décidé de les éliminer totalement de ma vie de lectrice cette année.
Pour la simple et bonne raison que j’ai décidé de faire un challenge personnel : relire Harry Potter !
J’en avais vraiment très envie, en tout cas ça me trotte dans la tête depuis au moins l’année dernière, et en plus de ça j'ai un anniversaire à fêter ! Cela fait exactement 20 ans que j’ai lu le premier tome, que quelqu’un m’a offert pour mes 12 ans en 2000. Alors ça, si c’est pas une bonne raison, je ne sais pas ce qu’il vous faut.
Parce que je suis absolument fan des films, que je regarde très souvent (d’ailleurs le DVD du premier vient de me lâcher, je suis super vénère vous imaginez même pas comment !), je n’ai strictement rien oublié de la trame principale de l’histoire ni des événements les plus importants, mais c’est bien la première fois depuis ma première lecture que je relis les livres. Du coup, je suis toute excitée, parce que je suis certaine qu’il y a beaucoup de petites choses dont je ne me souviens absolument pas et les redécouvrir me fait grave plaisir. Les films ont beau être aussi fidèles que possible (en tout cas, ils le sont d’après mes souvenirs) c’est délicat pour un scénario de tenir à 100% des livres.
Si j’ai peur ?
Un peu. Toutes les relectures que j’ai faite depuis l’ouverture de ce blog ont viré au drame (cf : Eragon et Le Clan des Otori) mais j’ai bien plus confiance en J.K Rowling qu’en toute autre personne sur cette Terre !
Et ma relecture du premier tome me confirme que j’ai eu raison de ne rien craindre !

Relu en janvier 2020, j’ai absolument adoré ! Alors oui je l’ai trouvé enfantin, c’est écrit, certes très bien, mais également très simplement, et je pense que c’est pour ça que j’ai particulièrement aimé. Effectivement l’auteure va à l’essentiel, elle ne se perd pas en descriptions trop longues ni n’en rajoute des caisses sur les monologues des personnages et ça confère à ce texte un dynamisme génial qui nous plonge directement dans l’action et les événements. Limite si j’avais pas parfois l’impression de me trouver juste à côté de Harry, Ron et Hermione dans la salle commune des Gryffondor ou en salle de classe pendant qu’ils parlaient !
Elle présente son univers par petites touches pour le rendre compréhensible même aux plus jeunes et on en découvre tout au long de l’histoire, ce qui fait qu’on ne cesse jamais de s’émerveiller
… ni même de rire ! L’humour est pratiquement omniprésent, surtout grâce au personnage de Malefoy qui est ici absolument méchamment délicieux, j’avais oublié à quel point j’aimais ce garçon imbu et détestable (faut dire aussi que je l’apprécie pas des masses dans les films, je trouve qu’il a une tête à claque, surtout dans les premiers), sans oublier la simplicité bourru de Hagrid et les bizarreries facétieuses de Dumbledore.
Et que dire de Poudlard ? Ce château représente à lui seul un personnage, c’est un être vivant et capricieux qui possède ses secrets, son histoire et sa personnalité. Il y a qu’à voir comment il s’amuse à promener notre trio de héros d’un étage à l’autre parce que « les escaliers n’en font qu’à leur tête » !

_________________________________________

J’ai lu le tome 2 en février-mars 2020 et… l’émerveillement est toujours au rendez-vous !

Fort heureusement, ce tome-là est un peu moins enfantin que le premier mais écrit avec toujours cette même plume dynamique qui nous conduit exactement là où elle le souhaite sans qu’on devine pour autant la destination. Ce qui m’a particulièrement stupéfixée dans ce texte c’est que, déjà, l’auteure commençait à distiller des indices subtils sur l’avenir de l’histoire, des choses à première vue insignifiantes mais qui m’ont fait comprendre que cette dame a, d’un bout à l’autre, depuis le début et ce jusqu’au dernier point final ultime, maîtrisé son récit. La véritable sorcière, en fait, c’est elle les gars !
L’humour est toujours là, toujours grâce à Malefoy qui est vraiment absolument génial, mais aussi Ron qui devient plus attachant et Hermione moins agaçante (par contre j’ai toujours autant de mal avec Harry, même si je l’aime bien…) De facétieux Dumbledore devient mystérieux, Hagrid se dévoile et Poudlard… ma foi, le château reste fidèle à lui-même et livre, lui aussi, une part de son passé par le biais de la Chambre des Secrets. Un passé sombre, tragique, grâce auquel tout le texte en lui-même gagne en maturité. Mais pas trop, quand même, c’est toujours à destination des 11-12 ans, allons !
Ici, J.K Rowling nous prouve également que son univers n’est pas fait que de sorciers et sorcières légendaires, de baguettes magiques, de sorts et de sortilèges, mais également d’animaux, de créatures magiques qui peuvent être soient merveilleuses, soient terribles. Ici, elle nous présente Fumseck le Phoenix et le Basilic, et tous les deux, bien que totalement différents, sont absolument extraordinaires (au point que je suis incapable de dire vers lequel va ma préférence…). J’adorerais avoir une imagination comme celle-là !

Je vais continuer sur ma lancée en avril 2020 avec le tome 3. Attention, là mes attentes sont plus grandes car le film de ce tome est mon préféré, et j’ai hâte de commencer cette relecture !

À tout bientôt pour un update !

Un peu de musique pour accompagner le confinement ?

18/01/2020

Juillet - décembre 2019

Je suis en manque d'inspiration pour les titres à la con.

Article inutile du jour, bonjour ! Voici venu le temps (celui qui affirme ne pas avoir eu la chanson dans la tête est un menteur) du retour de la musique sur le blog ! Petit changement pour ce troisième article : on arrête de parler uniquement de Kpop.

Place aux autres, un peu.

Ce groupe de trois gars est comme une sorte de pilier en Corée du Sud. Lancé dans le monde de la musique il y a des années, ils se sont distingués par leur rap, leurs textes forts, l'instrumental parfois bien unique de leur musique et leurs prises de positions. Certains idols d'aujourd'hui, au succès planétaire, n'hésitent pas à affirmer que les membres de Epik High ont été, et sont toujours, pour eux des modèles.

J'avais déjà écouté beaucoup de titres d'eux, et si quelques-uns me plaisaient plutôt bien, comme "No thanks" (avec Mino… ce qui explique sans doute pourquoi j'aime celle-ci et pas les autres) j'étais pas spécialement plus emballée.

Oui mais voilà, ils ont sorti un nouvel album intitulé "Spleepless in__" et il se trouve que Suga des BTS a participé à la composition pour au moins l'une des chansons. Du coup, j'ai écouté. Et j'ai un gros coup de cœur :



Je ne sais pas à quoi c'est dû, mais leur style dans cet album est bien moins agressif, il y a beaucoup de douceur et des mélodies magnifiques qui m'ont totalement sidérée. J'avais jamais entendu ça de leur part (en même temps, ils ont une discographie méga longue et j'ai pas tout écouté non plus)

J'ai aussi beaucoup aimé "No different" avec Yuna, qui a une voix purement parfaite ici, mais évidemment n'hésitez pas à écouter tout l'album !


_____________________________________________
Oui, tout à fait. Voici une britannique. Je vous avais bien dit que d'autres artistes s'invitaient à la fête !

J'ai découvert cette belle jeune femme grâce à mon amour pour la série TV "Game of Thrones", car des actrices apparaissent dans le clip de "You mean the world to me", la chanson avec laquelle j'ai découvert cette chanteuse à la voix surréaliste :


Les émotions qu'elle arrive à faire passer sont absolument dingue ! Pour vous en convaincre, je veux que vous écoutiez également "Lost without you" et "Waking up" qu'elle a chanté en collaboration avec MJ Cole :


Elle a déjà une jolie liste d'œuvres à son actif et je ne peux que vous encourager à toutes les découvrir !


_____________________________________

Je connaissais déjà ce bonhomme pour avoir écouté quelques chansons du groupe The Rose, dont il est le chanteur principal, mais je n'avais jamais vraiment apprécié leur style. Et puis voilà qu'il sort un album solo, avec son empreinte bien à lui, et là j'adhère carrément !

Cet album, intitulé "Wolf", se compose de "Face", "Moon" (ma préférée), "Lonely" et "Wolf" (l'intro). Sa voix est tout bonnement unique, en tout cas j'avais jamais entendu ça dans la Kpop. Bon je m'y connais pas à fond non plus, il se peut qu'il y ait d'autres artistes avec ce timbre de voix.

Il a plus récemment sorti "Beautiful girl", qui a l'air d'être une refonte de ce qu'il a déjà fait 4-5 ans plus tôt et j'ai absolument adoré la sincérité totale des paroles, du clip et de sa présence. En plus il s'offre de luxe de rapper là-dedans, qui dit mieux :



J'ai hâte de voir ce qu'il fera à l'avenir !

____________________________________________

Nan mais eux c'est comme les BTS, ils vont être dans tous mes articles musique à ce train-là !

En plus cette fois ils ne sont pas revenus avec un petit album, comme ils l'avaient fait jusqu'à présent, mais avec un album composé de pas moins de 15 chansons, toutes plus génialissimes les unes que les autres, lancé par ce clip, "Wonderland" :



Allez, avouez, ça déchire !

L'album démarre avec une sorte d'intro magnifique appelée "End of the Beginning" et se termine avec… "Beginning of the End", oui. "Precious" est quant à elle une sorte d'interlude au top, et parmi les chansons j'ai mes préférences avec "Sunrise" et "Win", que voici :


Alors évidemment comme d'habitude je vais vous rabâcher les oreilles en vous disant qu'il faut vraiment écouter l'album en entier.

Comparé à leur précédent, dont je vous ai parlé en juin (oui juillet j'sais plus, la flemme de vérifier) ils sont retournés vers quelque chose de plus sombre, qui tabasse, aux tonalités plus rock. J'avoue, je préfère quand ils sont comme ça !


___________________________________________

Vous vous souvenez d'elle ? Celle grâce à qui je me suis enfin intéressée à d'autres artistes que les BTS ?

Amber en a vécu de drôle ces derniers mois. Son contrat avec son agence s'est terminé et elle a décidé de la quitter (il arrive que des artistes, comme les BTS, les renouvèlent mais… ça devient rare) et à peine quelques jours après elle se met à sortir chanson sur chanson, toutes plus dénonciatrices et fortes les unes que les autres, alors que c'était jusqu'ici plutôt rare de l'entendre. Voici ce qu'elle nous a balancé pour commencer :



"Hands behind my back". Déjà rien que le titre est très, très fort, la portée du texte et même de la mise en scène est puissante. Je pense que c'est quelque chose qu'elle voulait faire depuis longtemps car elle l'a vraiment sorti peu de temps après son départ de l'agence, elle l'avait sans doute écrit et préparé depuis des plombes.

Je respecte totalement son courage et sa force. Dire ce genre de chose c'est se confronter à une industrie monumentale, puissante, et pourtant elle le fait avec énormément de détermination.

Une artiste que je suis pas prête de laisser tomber !

________________________________________

Ils sont rares les groupes féminins qui me plaisent (je le répète à chaque fois, non ?) mais j'avoue que ces filles-là ont vraiment quelque chose. Je vous parlais d'elles très rapidement dans l'article précédent, d'ailleurs.

Elles sont nouvelles sur la scène et ont pour l'instant peu de titres à leur actif, des titres qui en plus se ressemblent assez sur le style, comparé aux Mamamoo dont je vous parlais dans l'article précédent, mais elles ont un je-ne-sais-quoi d'unique qui fait que je ne peux pas m'empêcher de garder un œil sur elles.

Je les ai découvertes avec "Hann", qui tabasse bien comme il faut :


"Latata" qu'elles ont démarré, que j'aime aussi beaucoup, mais c'est surtout grâce à "Lion" que j'ai eu le coup de cœur :

Elles s'affirment comme des femmes fortes tout en restant sensuelles et j'adore ce style ! J'ai toutefois un peu peur qu'elles n'évoluent pas correctement et se contentent de faire ce qu'elles font, même si elles le font bien… À voir !

__________________________________________

Un Américain s'invite sur le blog !

J'ai découvert ce type à la voix incroyablement douce avec "Take me appart" qui me fout des frissons chaque fois que je l'entends :

Honnêtement, toutes les chansons que j'écoute de lui, et j'en suis encore au stade de la découverte parce que je suis tombée sur lui il n'y a vraiment pas longtemps, je les ai littéralement adorées.

Pour le moment, je pense que ma préférée est "Body" :

Même si j'aime aussi beaucoup "Symetry" et "Fear of the Water" et… bref, écoutez-le, ce gars mérite d'être reconnu. Ses textes sont d'une beauté à couper le souffle, c'est triste, beau et fantastique à la fois.

Laissez-vous séduire.

___________________________________


Ah bah oui, forcément.

Durant cette moitié d'année, les BTS sont revenus avec un album un peu spécial. En fait ils ont fait eux-mêmes les OST d'une application lancée par leur agence… une application à laquelle je ne joue pas parce que je ne suis pas spécialement attirée par ce genre de chose donc je ne sais pas vraiment ce que ça vaut, mais j'ai absolument kiffé l'album !

Ils ont chanté en groupe, évidemment, mais également par petits sous-groupes toujours en collaboration avec des artistes différents et c'est un délice de les voir prendre plaisir à bosser avec des gens dont ils aiment le travail !!

J'ai beaucoup aimé "Heartbeat" :

Mais aussi "Dream glow" et "A brand new day". J'adore la diversité des styles qu'ils ont foutu là-dedans, c'est riche, surprenant, très beau, et encore une fois on s'y attendait pas. Ces gars-là touchent vraiment à tout !

L'un des membres, J-Hope, c'est même fait ultra plaisir en sortant un clip en collaboration avec Becky G, dans lequel ils reprennent tous les deux quelque chose qui leur tient à cœur. Je vous laisse la surprise de la découverte (en sachant que cette chanson est sortie uniquement sur leur chaîne YT et n'appartient à aucun album) :

Mon groupe préféré, pour toujours. Parce qu'ils n'ont peur de rien, ils fleurtent avec absolument tous les styles et les artistes qu'ils aiment et/ou qui les intéressent. Ils vont sortir un album totalement inédit le mois prochain et je sens que je vais encore me prendre une grosse baffe !!

________________________________________

Ceux que j'aimerais voir revenir !!

Oui, certains artistes que j'adore restent trop longtemps silencieux à mon goût, et ils me manquent… parmi eux, il y a Mino et Villain, qui n'ont, en solo je veux dire, rien sorti de nouveau depuis presque un an et demi. Et je suis en manque.

Voilà !

J'espère que ce petit changement vous aura plu ! J'essaierai vraiment de parler de toutes les musiques que je découvre, qu'elles soient de Corée du Sud, des États-Unis, d'Angleterre ou d'ailleurs, à partir de maintenant.

À dans 6 mois pour d'autres nouveautés à écouter !

Les précédents :
Année 2018
Janvier-juin 2019

01/01/2020

C'est le quatrième ?! Putain, mais où va le temps !!!!

Un dicton dit : "Hier est derrière, demain est un mystère, mais aujourd'hui est un cadeau ! C'est pour ça qu'on l'appelle le présent".

Lao Tseu.

Nan je rigole, c'est dans le dessin animé Kung Fu Panda.

BILAN LECTURE

Coup de cœur


"The Expanse" tome 6, lu en novembre. Comme l'an dernier à ma lecture du tome 5. Voilà une série qui ne me déçoit jamais ! Je m'apprête à lire le tome 7 et à commencer la saison 4 en série TV… je crois vraiment que "The Expanse" et moi c'est une grande et longue histoire d'amour !





Le second est un article spécial où je ne parle pas d'un tome ou un livre en particulier mais de tout une saga, celle de Robin Hobb. Je parle bien sûr de son cycle de "L'Assassin Royal" auquel j'ai greffé "Les Aventuriers de la Mer", car ils sont pour moi clairement indissociables.

Pas aimé du tout
"Terre de Héros - Rien que l'acier" tome 1, lu en janvier. Je trouvais ça plutôt original au début et puis finalement c'est très vite devenu assez cliché. En fait le bouquin n'est pas dégueu en soit, mais j'avais adoré Richard Morgan avec "Carbone Modifié" donc la déception a été assez forte.

"Le Prince Captif - l'Esclave" tome 1, lu en avril. Gros, gros coup de gueule. Sans doute le plus gros que j'ai eu en littérature ! Quoique non, puisque je ne peux même pas dire que cette bouse immonde soit de la littérature...

"13 reasons why", lu en septembre. J'avais entendu énormément de bien de la série TV, j'ai donc décidé de lire le livre. Le sujet et l'histoire sont très bons malheureusement j'ai trouvé tous les personnages abominablement insupportables, je les ai vraiment détesté. Tous.

Suite de séries
"Le trône de Fer" tomes 8, 9 et 10, lus en mars, juin et décembre. Je suis toujours autant à fond dans cette série, et ce même si j'ai plusieurs fois bouffé l'adaptation (dont j'ai absolument adoré la fin, quoi qu'on en dise)



"La légende de Marche-Mort", lu en juin. Je continue, tout doucement, mon avancée dans le cycle de Drenaï de David Gemmell. Si j'ai moins aimé ce tome-ci que le précédent : "Druss la légende", j'ai quand même beaucoup apprécié ma lecture.






Séries finies
"10 count" tome 6, lu en janvier. Pas mécontente que ce Yaoi se termine, je trouvais que l'auteure commençait à étirer un peu trop les choses.

"Le Fou et l'Assassin" tomes 5 et 6, lus en février et avril. Tristesse extrême ! Refermer le dernier tome c'était dire adieu à Fitz, au Fou et à tous les personnages extraordinaires de cette saga extraordinaire...

"Les Aventuriers de la mer" tomes 7, 8 et 9, lus en février, mai et juin. Idem ici. Oui, j'ai terminé deux des meilleures séries de Robin Hobb la même année. J'ai frôlé la dépression nerveuse !



"L'échiquier du mal", l'intégrale, lu en août. Je connaissais déjà Dan Simmons grâce à "Drood", "Flashback", "Collines noires", "Terreur" et le tome 1 des "Cantos d'Hypérion", mais avec cette trilogie j'ai eu l'impression de le découvrir totalement tant cette oeuvre est maîtrisée.





Séries découvertes
"Six of Crows" tome 1, lu en avril. Agréable découverte. Je n'ai pas pu m'empêcher d'être agacée par quelques facilitées (gros cliché parfois...) mais les personnages sont assez bons et je me suis facilement attachée à eux.



"Dominium Mundi" tome 1, lu en novembre. Grosse surprise pas passée loin du coup de coeur !







Auteurs découverts
Ann Radcliffe, avec "Les Mystères d'Udolphe", lu en avril. Quelque peu déçue. L'auteure savait indéniablement très bien écrire, malheureusement je me suis fait chier et son 'héroïne' (vous entendez l'ironie ?) était très, très chiante.



Diane Bonot-Laxar, avec "Méli-Mélo de nouvelles", lu en septembre. Très heureuse de cette rencontre. Instinctivement je lis surtout des romans, bien que j'aime aussi beaucoup le format court des nouvelles, et ce recueil m'a donné envie d'en lire un peu plus.





Robert Louis Stevenson avec "L'Île au Trésor", lu en novembre. Chouette rencontre, je decouvrais totalement l'auteur et, dans le même temps, le thème de la piraterie dans la littérature. J'aime beaucoup ça en film ou en série et j'ai maintenant très envie d'en lire davantage.

BD/Manga découverts


"My Home Hero" tomes 1, 2, 3 et 4, lus en mars, mai et août. Je crois bien que c'est la première fois que je m'emballe à ce point pour un Seinen ! Ce truc est foutrement bon et je sens que j'ai pas fini de le relire et d'en parler !






Relectures
"Le Clan des Otori" tomes 4 et 5, lus en février et mai. Pas mécontente d'être arrivée au bout de cette série, qui fut une grosse déception ! J'avais adoré 10 ans plus tôt, là j'ai vraiment pas aimé du tout, que ce soit la trilogie de base, "le Vol du Héron" ou "le Fil du Destin".

TOTAL DE PAGES LUES DANS L'ANNEE (oui c'est une nouveauté) : plus de 20 000.


OBJECTIFS 2020

Relectures
Cette fois-ci, c'est sûr, pour fêter les 20 ans (j'ai découvert cette série en 2000) je me relis la saga Harry Potter.

Séries à commencer
J'aimerais beaucoup commencer enfin "Ki et Vandien", d'autant que j'ai fini toutes les séries connues à ce jour de Robin Hobb et il est hors de question que je passe une année sans lire l'un de ces bouquins !

Auteur à découvrir
Beaucoup trop (ouais, j'ai la flemme de les lister cette année aussi)

CHALLENGES

Goodreads
Il est encore une fois réussi cette année, quoique j'ai vraiment cru ne pas y arriver ! J'ai moins lu cette année, et j'avais déjà moins lu l'année d'avant que l'année encore d'avant… j'ai pas choisi le bon boulot je crois. Va falloir que je change parce que ça a un trop gros impact sur ma vie de lectrice !


C'est le seul challenge que je conserve cette année.

Pumpkin Autumn Challenge
J'ai choisi de faire celui-ci à la place du Cold Winter, pour varier un peu, et j'ai adoré, les thématiques m'ont inspirée et j'ai fait de belles lectures.

Week-end à 1000
Je n'ai fait aucune participation cette année par manque de temps (ouais nan mais décidément, ce boulot ne me convient pas en fait !) et je n'en ferai pas non plus en 2020, par choix.

J'fais c'que j'veux Scrogneugneu !
Un challenge perso qui aura duré un an où je m'étais fixé divers objectif et défis. Honnêtement j'ai pris conscience, grâce à lui, que les longs challenge à l'année dans ce genre ne me convenaient pas forcément, je préfère ceux saisonniers avec des thèmes précis.

La Révolte des Séries
Un petit challenge que je me suis créé et que j'adore ! Je réfléchis même à l'idée de lui consacrer une page ou un groupe FB et tenter d'y faire participer des gens.

Harry Potter, 20 ans
J'ai pris la décision de ne faire aucun challenge de groupe en 2020 car je me lance un petit défis perso sur l'année : relire la saga qui m'a rendu accroc à la lecture et fait de moi une amoureuse du fantastique et de la fantasy, car cela fait tout juste 20 ans que j'ai ouvert le premier tome pour la première fois. D'autant que depuis que je les ai découvert, je les ai jamais relu.



Bon, maintenant c'est l'heure du moment plus gênant où je dois exprimer mes émotions. Pour être honnête j'ai eu moins de visite sur le blog cette année, mais toute la faute me revient, j'ai été beaucoup moins productive. Pourtant, c'est un rythme qui me plait, qui me convient parfaitement.

Voici un blog qui est et restera sans prise de tête.

Merci aux inconditionnels, aux premiers comme aux nouveaux, qui commentent et qui sont là malgré le temps très long qui peut s'écouler entre deux articles ! Merci aussi à ceux qui ont la curiosité de venir découvrir mon antre, ne serait-ce que le temps d'un après-midi, d'une journée ou d'un week-end. Et merci aussi à ceux qui s'en foutent, comme ça j'oublie personne !

Bonne Année à tous, quelle soit pleine de bonheur et de lecture, et surtout n'oubliez pas : que vous ayez ou non un rêve n'est pas le plus important, le plus important c'est d'être heureux !

Ouais, je fais une overdose d'endorphine à cause de trop de chocolat. C'est si voyant que ça ?

Sayonara.

Les années précédentes, voilà comment ça s'est passé :
Bilan n°1
Bilan n°2
Bilan n°3

24/11/2019

Ne demandez jamais à un pirate de choisir entre son perroquet (sans jeu de mots) et sa jambe de bois (ouais bon si, OK, y'en a un)

Un Challenge qui, ma foi, se déroule très bien, et qui en plus me fait réaliser que j’adore les livres dans lesquels il est question de pirates !

Alors à l’abordage moussaillons, sortez vos jambes de bois et n’oubliez pas votre perroquet bavard, c’est l’heure d’hisser nos couleurs.

Éditeur : Livre de Poche
Parution : avril 1972
Pages : 219
Résumé :
Depuis l’Odyssée, aucun récit d’aventures n’eut plus de succès que l’Île au Trésor. Jim Hawkins et le terrible John Silver, l’homme à la jambe de bois, sont les héros de cette histoire. L’Hispaniola débarque sur l’île au Trésor les « bons » et les « méchants ». Dès lors, une lutte implacable se déroule pour retrouver le trésir amassé par Flint, redoutable pirate mort sans avoir livré son secret.






On dit de lui que c’est un « classique ». Personnellement, même si je sais ce que ce terme désigne, j’ai toujours eu du mal à le définir. Grâce à l’Île au Trésor, aujourd’hui j’y arrive. Enfin, un peu.

À l’époque où il a été écrit, il était destiné aux enfants. C’était au XIXème siècle. Aujourd’hui, clairement, il plaira davantage aux adultes. Disons qu’il est toujours à destination des adolescents, mais ces derniers seraient aujourd’hui incapables d’en apprécier toute la portée. Moi je suis plutôt contente d’avoir attendu pour le lire, je suis presque sûre qu’il m’aurait beaucoup moins plu quand j’étais jeune.

Toute la narration se fait du point de vue de Jim Hawkins qui est un garçon à l’âge indéfini (personnellement je le situe autour d’une douzaine d’années) très rusé, mature et courageux. Il a toutes les qualités du parfait jeune héros à qui tous les garçons peuvent s’identifier. Ainsi que les petites filles aussi, pourquoi pas bordel ! Quand il raconte son aventure il le fait en se focalisant sur l’essentiel, sur l’action. Le récit est donc très dynamique, il n’y a pas de temps mort quand c’est Jim qui tient la barre et cela en fait un parfait roman de piraterie et de quête. Si, au fil de l’aventure, ce petit gars l’emporte sur tout et sur tous, c’est qu’il possède l’imagination et l’innocence qui peuvent pulvériser les obstacles (et ça m’a donné envie de redevenir gosse, putain)

Il y a toutefois une petite partie où l’un des autres personnages prend la parole, c’est un adulte et son récit est plus dans l’analyse, c’est un peu plus ennuyeux mais ça se concentre davantage sur la psychologie des personnages et c’est finalement très intéressant. Ça m’a permis de me rendre compte que si, au premier abord, il semble y avoir le camp des gentils d’un côté et celui des méchants de l’autre, en réalité c’est bien plus complexe. Il peut y avoir tellement d’inattendues complicités entre chaque protagoniste qu’on s’y perd. L’auteur a pris soin de certes construire son roman comme une quête initiatique pleine de rêve et de fantasmagorie mais il n’en est pas moins resté réaliste. Dans l’adversité, les relations se font et se défont au gré des événements et des séductions.

Mais s’il y a bien un personnage parmi touts ceux-ci qui mérite d’être mentionné, c’est l’île elle-même. Elle y tient un rôle central et fortement symbolique. Elle présente d’abord tous les traits de l’endroit rêvé et utopique avant de finalement se révéler plus sombre dès lors que les hommes s’y perdent, comme si elle était contaminée par la noirceur des pensées pleines d’avarice des adultes. Un cadre donc idéal au combat essentiel que se livrent ce monde des adultes et celui de l’enfance (sous les traits de Jim Hawkins et de Long John Silver) En cela, elle m’a beaucoup rappelé le Pays Imaginaire de Peter Pan (les sirènes chelous en moins)

On tire une vraiment grande leçon de cette lecture. C’est un livre à mettre entre toutes les mains et les pieds. Pas de chichi.

13/11/2019

Zimzalabim !!

Bordel, je viens de me rendre compte que les chroniques de S-F étaient si rares ici qu'elles se comptaient sur les doigts d'une main !
En plus je triche, celle de The Expanse je la met à jour dès que je lis un bouquin… une chronique pour 6 livres lus, nan mais tu parles d'une feinéasse.

Assez parlé, place à l'action !

Éditeur : Pocket
Parution : 2016
Pages : 704

Résumé :
2202. Né des cendres d’une conflagration planétaire, l’Empire Chrétien Moderne règne sur une Terre ravagée et irradiée. Urbain IX, pape tout puissant, contraint les populations à vivre selon un mode de vie médiéval, restaurant ainsi le Dominium Mundi. Sous son impulsion, un vaisseau colonisateur est envoyé vers Alpha du Centaure, dans l’espoir d’y trouver de nouveaux territoires pour l’humanité. Lorsque les passagers abordent une planète et son peuple, les Atamides, le choc est grand. Mais ce n’est rien en comparaison d’une découverte encore plus bouleversante : le véritable tombeau du Christ ! Guidés par leur foi inébranlable, les missionnaires tentent de s’en emparer, en vain. Les indigènes les massacrent. Sur Terre, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Deux ans plus tard Urbain IX achève d’armer un gigantesque vaisseau, le St-Michel, capable d’abriter un million d’hommes. Pour Tancrède de Tarente, le Méta-guerrier héros des champs de bataille, et Albéric Villejust, le génie de l’Infocosme enrôlé de force, débutera une Croisade sanglante vers une nouvelle Jérusalem… Les événements feront-ils bégayer l’Histoire ?

Même si ce roman est très clairement un space opera dans le genre de la S-F l’auteur s’amuse à flirter avec le genre chevaleresque du Moyen-Âge, et c’est bon ! Par de nombreux aspects il m’a rappelé la saga des Rois Maudits de Druon, il y a comme un désir de revanche dans ce texte face à l’idéologie parfois extrémiste de la région (au sens large j’entends, pas seulement la chrétienté même si c’est d’elle dont il est question ici)

Rien que le mot de « Dominium Mundi » par exemple, est un concept qui remonte au Moyen-Âge, en gros c’est l’extension du monde chrétien sur le modèle de l’empire romain, sauf que là l’extension elle se fait carrément dans l’espace et même hors du système solaire. L’auteur a admirablement bien mêlé les deux genres (trois même parfois je dirai, mais je vais y revenir) : l’historique et la S-F.

Le pouvoir du Vatican est tout puissant en ce début de XXIIIè siècle, même si les détails sont minimes dans le texte et livrés par petites touches on devine qu’il contrôle la presque totalité du globe. Les quelques poches de résistances disséminées par-ci par-là sur la planète se font littéralement pourchasser, harceler et broyer par les soldats surentraînés de l’Église, comparables aux Croisés de l’époque Moyen-Âgeuse.

Ce sont justement ces soldats qui vont être envoyés sur Akya, l’une des premières planètes à avoir fait les frais du Dominium Mundi. D’accord, le pape Tout-Puissant entend bien propager la bonne parole de Dieu dans toute la galaxie (un peu ouf le gars, non ?) mais il n’avait pas pensé une seule seconde rencontrer de la résistance (c’est le propre des gens trop sûrs d’eux). Les habitants d’Akya, appelés les Atamides, ne se sont pas laissés faire et les rapports disent tous que toute la colonie envoyée sur la planète a été littéralement décimée. Si le Pape insiste pour prendre le contrôle de ce gros caillou lointain à première vue inhabitable (je vous jure, y’a plus accueillant comme endroit !) c’est tout simplement parce que les colons, avant de se faire écrabouiller, ont eu le temps d’envoyer des images pour le moins troublantes : le tombeau du Christ. Sur une planète à des années-lumières de la Terre. Rien que ça.

L’idée en elle-même est juste géniale, et il se trouve que les croisades sont l’une des parties de notre Histoire que je préfère, alors coupler ça à de la S-F, qui est un style que j’adore, j’ai sauté dessus.

J’avais qu’une envie : que les Croisés débarquent sur Akya, trouvent le tombeau, et que tout explose. Ah bah oui, comment voulez-vous que les croyances persistent après ce genre de découverte ? Bon en vrai l’auteur a trouvé la combine, et ça relève limite du génie, mais j’avais justement envie de voir comme il allait se débrouiller avec tout ça.

Et ça c’est pas du tout passé comme je m’y attendais. Parce que ce livre en fait ce n’est que le premier tome et toute l’intrigue se passe à bord du Saint-Michel, merveille de technologie, vaisseau immense dont la mission est d’emmener un millier de soldats pour répandre la bonne parole de Christ (entendez par là : le sang et la mort bien sûr, comme quoi les choses ne changent jamais vraiment même à 1000 ans d’intervalle)

Au début je voyais pas trop où l’auteur voulait en venir alors que le cœur de l’histoire semble être, de par le résumé surtout, la rencontre entre les soldats de la chrétienté et les Atamides. Et c’est là que j’en viens au troisième genre de ce roman : la politique fiction. À travers les yeux de personnages à la psychologie complexe et bouleversée par la situation l’auteur va mettre à mal ce qui nous semblait à nous lecteur être une puissance stable et sûre : l’Église elle-même.

Au cours de ce voyage à travers les étoiles les personnages centraux : Tancrède de Tarente, l’un des soldats les plus fameux de cette croisade, Méta-Guerrier aux réflexes surhumains, et Albéric Villejust (pour qui j’ai eu un petit faible), enrôlé de force et pas très fervent croyant, vont se retrouver à mener des enquêtes pour tenter de déterrer un complot. Tancrède étant un soldat, il va devoir lutter contre sa propre rigidité d’esprit (il a suivi un entraînement inhumain et a donc été très violemment conditionné) et en ça il m’a beaucoup touchée même si je l’ai trouvé un peu caricatural malgré moi. Surtout vers la fin, j’avoue, suite à sa rencontre avec un personnage féminin… OK, de la romance n’était pas de trop dans ce récit complexe parce que ça m’a fait respirer un peu c’était une bonne idée, mais l’auteur a utilisé beaucoup trop de clichée pour ça. À croire qu’il a rajouté ça à la dernière minute. Bon, je suis pas très bon public en ce qui concerne la romance à la base, c’est vrai. En plus la nana je l’ai pas aimée.

Bref ! Pourquoi, malgré cette légère déception, alors que je voulais tant voir la rencontre entre humains et Atamides, j’ai tant aimé ce roman ? Parce que l’intrigue secondaire, c’est du polar, de l’enquête, et un putain de bon suspens dont les révélations, les rebondissements et les questionnements sont distillés au fur et à mesure avec beaucoup de brio. Que se passe-t-il exactement ?

Ça tue sur le Saint-Michel, et de façon plutôt violente. Meurtre horrible, disparitions discrètes qui personne ne remarque, manipulation de l’information, tout ça contribue à éveiller les soupçons chez Tancrède, et ça nous amène à comprendre que malgré sa droiture et sa foi évidente, il n’en est pas pour autant aveuglé, c’est un être humain qui réfléchit. Il est plein de questionnement, de doutes et a une grande soif de comprendre. J’aime beaucoup son état d’esprit, son caractère et sa droiture également. Un conflit moral va évidemment très vite le torturer et ça l’a rendu encore plus intéressant.

Mais j’ai quand même préféré Albéric, parce qu’il évolue d’une façon qui me plait d’avantage. Tancrède change, évolue énormément lui aussi, mais il passe d’un personnage relativement sûr de lui, fort, à quelqu’un de bien trop déboussolé, perdu sur la fin, qui va préférer la solution de facilité pour apaiser son esprit. Albéric, à l’inverse (et ces deux personnages diamétralement opposés ont une super dynamique ensemble !) passe de quelqu’un de timide et effacé à quelqu’un de combatif qui n’hésite plus à prendre des décisions.

Autour d’eux gravitent des personnages secondaires géniaux, comme les frères Tournai dont j’ai aimé les joutes verbales, sans compter qu’ils sont comme le jour et la nuit eux aussi, et Vivianne, l’un des seuls personnages féminins qui en vaut la peine. Les antagonistes aussi valent le détour, notamment Robert de Montgomery que j’ai bien aimé pour son côté pitoyable autant que dangereux.

La chose dont j’avais un peu peur honnêtement, vu le sujet, le genre et la longueur du bouquin, c’est que l’auteur en ait fait des caisses avec les descriptions (c’est une erreur que j’ai pas pu m’empêcher de remarquer chez les auteurs de fantasy et S-F d’aujourd’hui) fort heureusement le bonhomme, scénariste pour les films, les BD et les jeux vidéo, connait bien son boulot. Il nous donne finalement peu de détails, en tout cas c’est juste ce qu’il faut pour nous donner de bonnes premières directives et nous permettre d’imaginer le reste tout seul comme des grands. Il ne nous prend clairement pas pour des bébés à qui il doit tenir la main.

Vous me connaissez, j’accorde beaucoup d’importance à la fin. Et là, je n’ai qu’une chose à dire :

Putain, l’enfoiré !

Il m’a laissé là, à la dernière page, comme une abrutie ! Après des mois de voyage interstellaire passé dans le Saint-Michel à regarder Tancrède être déchiré entre sa foi chrétienne et ses certitudes, et Albéric cherchant la vérité et se révoltant contre la condition de tous ceux qui, comme lui, furent contraint par la force de participer à cette croisade, je me retrouve comme une imbécile qui comprend parfaitement qu’elle a été super bien bernée.

Parce que l’histoire s’arrête pile au moment où les croisés débarquent enfin sur Akya.

Du coup, vous savez quoi ?

Je vais devoir m’acheter le tome 2, et fissa !

Mes autres chroniques de S-F :